Blog PLR – Les Libéraux-Radicaux

Budget 2017 du Canton : à y regarder de plus près…

Dévoilé le 22 septembre dernier, le budget de l’Etat de Vaud est en équilibre. Pour la première fois cependant, notre Gouvernement dépensera davantage l’an prochain pour la prévoyance sociale que pour l’enseignement et la formation. Tout un symbole…

Tout près de 9,3 milliards de francs, c’est le chiffre du total des revenus et de la somme des charges de l’Etat cantonal prévu pour 2017 (+1.9%) ; il laisse un excédent positif de 84’500 francs. La hausse des charges est ainsi contenue dans une croissance inférieure à la limite de 2% fixée l’an dernier. La dette du Canton remonte à 1.28 milliard, en raison du financement de la Caisse de pensions et des investissements planifiés. Ce budget répond notamment à l’augmentation de la démographie. La progression des revenus est faible, tout particulièrement pour les recettes fiscales.

Dans le dédale des chiffres

Sur le plan des revenus, sur le total de 9,298 milliards, l’augmentation par rapport à 2016 atteint 172 mios (+1.9%). La progression des impôts ne dépasse pas 0.8 %. L’impôt sur le revenu, qui représente 60 % du groupe des impôts stagne à +0.4 %. Au chapitre de l’impôt sur le bénéfice, le budget ne prévoit aucune progression, en raison notamment de la réduction du taux de 8.5 % à 8 %.

En comparaison avec 2016, les dépenses courantes de fonctionnement supplémentaires prévues l’an prochain atteignent 173 millions. La hausse est particulièrement importante dans le domaine du social (113 mios bruts, soit + 5.5%), de la santé (26 mios, + 2%) et du bloc enseignement/formation/culture (76 mios, + 2.7%). Le vieillissement de la population, l’augmentation de l’activité et les besoins en lien avec la pression démographique sont à l’origine de ces augmentations de charges.

Des augmentations apparaissent apieces-dorussi dans d’autres domaines : l’accueil de jour des enfants (4 mios) ; la Police cantonale (2 mios), l’exécution des peines (1 mio) ; l’Office des curatelles et tutelles (1 mio) ; la nouvelle politique agricole (8 mios) et l’asile (12 mios).

L’Etat prévoit l’an prochain la création de près de 400 postes équivalents plein temps, 386 ETP exactement (+2.3 % sur un an). Pour deux tiers environ, soit 277 ETP, il s’agit d’une adaptation des ressources liée à l’enseignement et à la formation). Le reste, 109 postes administratifs, doit couvrir les besoins dans les domaines de l’informatique, de la police et l’asile notamment. L’effort d’investissement de l’Etat dans l’économie vaudoise devrait atteindre en 2017 un montant de 675 mios.

Choix politiques en vue

Un rapport retient l’attention : sur 100 francs dépensés par l’Etat en 2017, 28.75 francs seront dévolus au social. Cette somme dépasse celle allouée à la formation : 28.70 francs. Cette situation est nouvelle ; au-delà du symbole, elle marque un changement de paradigme important. Des choix politiques devront donc être réalisés par le Gouvernement et le Parlement lors de la prochaine législature.

Alexandre Berthoud
NEYRUZ-SUR-MOUDON Arr. Gros de Vaud Cadre bancaire Député au Grand Conseil vaudois Membre de la commission des finances 38 ans Marié 2 enfants