Blog PLR – Les Libéraux-Radicaux

Dossier santé

bandeau_sante

Dans le domaine de la santé, que fait le PLR ?

Actualités 

Le PLR a répondu le 24 mars 2017 à la consultation cantonale sur le projet de Pierre-Yves Maillard de faire 4 Régions de soins. Après avoir analysé point par point le projet de loi, le PLR n’entrera pas en matière sur un projet aussi ambitieux avec une mise en œuvre qui lui semble irréaliste. Si le PLR est d’accord en grande partie avec les constats et les faits :

  • 1) qu’il faille éviter le plus possible une hospitalisation en soins aigus des personnes âgées pour des raisons médico-sociales ;
  • 2) qu’il faille entreprendre une réorganisation du système actuel,

ce projet doit être retravaillé complètement. Il souhaite que le Conseil d’Etat revienne avec une solution pragmatique qui prenne en compte de l’adhésion des partenaires. Au lieu de révolutionner tout le système par le haut, il aurait été plus judicieux de partir sur ce qui fonctionne de l’existant, de l’améliorer et de commencer par une maison de soins de premier recours. Une fois cette étape franchie, de bâtir une organisation subséquente cohérente, financièrement supportable et surtout avec l’accord des partenaires-clés que sont les médecins et les autres professions soignantes, institutionnelles ou privées.

Le Rapport d’activité 2016 de la surveillance de l’assurance-maladie sociale et de l’assurance-accidents est sorti.  Il stipule que la Loi sur la surveillance de l’assurRapport d'activité 2016ance-maladie (LSAMal) a pour but d’instaurer « la transparence de l’assurance-maladie sociale ». Il précise que cette loi vise à « protéger les intérêts des assurés » et que les assurances complémentaires sont surveillées, elles, par la FINMA. A propos, la LSAMal a créé les bases de la collaboration entre les deux autorités de surveillance (p. 5 du rapport).

Fixation et autorisation des primes : « Les tarifs de primes sont soumis à l’approbation de l’autorité de surveillance. La LSAMal et l’OSAMal prévoient des instruments de surveillance lui permettant de ne pas approuver les tarifs de primes dans certaines situations […] c’est par exemple le cas lorsque les primes […] sont trop élevées. Les primes des assureurs ne doivent pas entraîner des réserves excessives. Un mécanisme de compensation a posteriori des primes encaissées en trop a par ailleurs été crée ».

On constate via ce rapport que des outils sont en place pour surveiller les caisses maladies et qu’elles ne font pas ce qu’elles veulent. Et les outils de contrôle fonctionne. Voir les détails dans le rapport disponible en ligne. Lire notamment les pages 9-14 sur la « Surveillance des assureurs-maladie ».

 

 

Question d’éternelle actualité : la caisse unique. Quelle est la position du PLR Vaud ?

 

Le PLR est contre une caisse unique car :

  1. Une caisse unique ne diminuerait pas le montant des primes maladie : les primes augmentent car les coûts de la santé augmentent. Et une caisse unique n’aurait, en toute logique, aucun pouvoir sur les coûts de la santé, ceux-ci étant dépendants  notamment:
  • De la démographie ;
  • Du vieillissement croissant de la population ;
  • De notre habitude à « consommer » des prestations de soins (recours de plus en plus important des citoyens aux consultations médicales, parfois pour un oui et pour un non) ;
  • Des prix de certaines spécialités.
  • Du coût des médicaments.

Il faut donc agir à ces différents niveaux pour diminuer les coûts de la santé. Là où la caisse unique n’aurait aucune marge de manœuvre.

  1. Une caisse unique augmenterait encore plus les primes, car elle aurait des coûts administratifs plus élevés. Un exemple ? Il faudra acheter un nouveau système informatique pour cette nouvelle caisse.

Le potentiel d’économie dans les secteurs du marketing et de la publicité de l’assurance de base est considérablement surestimé. Ces coûts ne se répercutent que légèrement sur les assurés. Une caisse unique ne serait pas non plus, d’une manière générale, portée à avoir des frais administratifs bas. Si les frais administratifs représentent environ 5,6% des dépenses des assureurs maladie, les assurances sociales publiques ne font pas mieux : la SUVA compte des frais administratifs à hauteur de 11,3% et l’assurance-chômage à 9,2%.

  1. Le PLR tient à la concurrence entre caisses, garante d’un meilleur rapport qualité-prix et de la qualité du service (car chaque caisse doit faire le mieux possible pour être efficiente pour le patient).
  2. Toutefois, le système actuel peut être amélioré en supprimant ses effets négatifs. Grâce à la nouvelle loi sur la surveillance de l’assurance maladie, portée par le PLR, il y aura enfin plus de transparence sur les frais administratifs des caisses maladies (environ 5.6% des coûts totaux) et sur la compensation des risques. Les caisses qui ont des réserves trop élevées devront puiser dans ces dernières pour  diminuer les primes .

N’oublions pas que nous bénéficions en Suisse d’un système de santé performant, où chacun a accès à des soins de qualité. Il faut le réformer là où il faut, via des moyens appropriés et non en usant d’un discours fataliste et pessimiste à l’encontre des assureurs ou en tentant d’étatiser le système par le haut. Les acteurs du système de santé doivent toujours être impliqués dans les discussions car ils connaissent mieux que quiconque le terrain et les besoins. A cet égard, le PLR se prononcera en temps voulu sur les deux projets d’initiative de M. Pierre-Yves Maillard et Mauro Poggia qui sont, de prime à bord, des projets populistes et étatistes.

Le PLR veut maîtriser les coûts de la santé, par exemple en diminuant le prix des médicaments et en promouvant de nouvelles technologies garantes d’économie sur le long terme. Il soutient aussi l’initiative « pour la classe moyenne ». Son but ? Augmenter les déductions fiscales liées aux primes d’assurance-maladie. Une mesure qui viendra directement soutenir la classe moyenne et classe moyenne inférieure.

 

 

Initiative des JLRV « pour la classe moyenne »

 

Elle part d’un constat : les primes maladie augmentent chaque année, mais les déductions de primes maladie possibles dans la déclaration d’impôts n’ont pas bougées : cette initiative vise à rétablir l’équilibre.

Si aujourd’hui une personne seule peut déduire de son revenu imposable jusqu’à 2’000 francs de primes maladie, avec l’initiative elle pourra déduire jusqu’à 3’200 francs. Pour les couples et les familles,  le montant déductible passera de 4’000 francs à 6’400 francs. L’augmentation des déductions dans sa déclaration d’impôts permettra une baisse d’impôts. Deuxièmement, les personnes qui touchent un subside pour leurs primes d’assurance maladie ne pourront déduire de leur déclaration d’impôts que ce qu’elles paient réellement et non la totalité de la prime, alors qu’elles n’en paient qu’un certain pourcentage.

Pour signer l’initiative rendez-vous sur www.classe-moyenne.ch . Pour suivre son actualité sur sa page facebook @pourlaclassemoyenne .

 

Commission santé du PLR Vaud

 

Cette commission (composée de députés et des spécialistes) se réunit souvent pour mettre sur la table les problèmes et chercher des solutions. Elle répond aussi aux consultations cantonales et fédérales. Maintenant, elle planche sur le binôme : « innovation et santé ». Promouvoir l’innovation et les nouvelles technologies pour améliorer le système de santé et réduire les coûts ? Le PLR y croit ! 

Lire à ce titre cet intéressant article (Le Temps, 04.04.2017) :

Docteur IA

 

 

 

Programme 

 

Dans son programme, le PLR a identifié les problématiques et veut y apporter des solutions. Le PLR est conscient des faits – notre système de santé est bon mais les primes maladie qui augmentent d’année en année ne sont plus tenables -, il souhaite agir et éviter des mesures onéreuses et contre-productives et affiche déjà plusieurs succès.

programme_pages-sante

 

Intervention au Grand Conseil, quelques exemples 

Au Grand Conseil, plusieurs interventions du PLR (et du centre-droite) ont été déposées pour faire le point, demander des comptes à l’Etat et pour diminuer les frais de santé, tout en garantissant un système de santé efficace. Toutes les interventions se trouvent sur le site internet du PLR Vaud.

Notre parti a notamment demandé de revoir le système Tarmed et de faire une étude sur le nombre et le taux d’occupation des médecins. Il a alerté sur la gestion déficitaire du CHUV et demandé au Conseil d’Etat de tout mettre en oeuvre pour maîtriser les hausses des primes maladie.

Ci-dessous, une sélection d’interventions PLR :

interventions_det_labouchere

interventions_labouchere

 

Santé_médecins

interventions_buffat

 

interventions_surer

Le 24 octobre 2017, la Députée PLR Christelle Luisier Brodard déposait un postulat pour faire la lumière sur l’utilisation des Prestations d’intérêt général (PIG) . Une bonne occasion d’y voir un peu plus clair au sujet des coûts de la santé dans le canton.

PIG1 PIG2 PIG3

Le 23 janvier 2018, la Députée PLR Carole Schelker déposait une interpellation intitulée « Succès croissant pour les modèles alternatifs d’assurance maladie, quelle prise en compte pour la définition des subsides cantonaux ?« . Le but : encourager les assurés vaudois bénéficiant de subsides à choisir des modèles dit « alternatifs » d’assurance maladie. En effet, dans le canton en 2017 18 offres de modèles alternatifs étaient plus avantageux que la primes maximale de rétérence pour des subsides.  Une excellente piste afin d’alléger la facture du social dans le canton.

Schelker 001Schelker002

 

Le PLR agit concrètement 

 

Sur le terrain, il participe au débat. La section PLR du Mont-sur-Lausanne a organisé dernièrement un « stamm » public sur les coûts de la santé, avec la conseillère nationale Isabelle Moret et la députée Catherine Labouchère. Dans les médias, il réagit aux dires des uns et apporte sa réflexion, notamment via le courrier des lecteurs.

Evénements publics                                   Réactions dans les courriers de lecteurs

evenement_mont-sur-lausanne_couts-de-la-sante_19-octobre-2016

lle-24heures-labouchere_30-11-2016_okSanté_2_Public privé Hôpitaux_Blanc_redim

Sur ce blog, via des articles :

 

 

Ce que la presse dit

 

24heures_15 novembre

24heures_30 mars

 

Réseaux sociaux : suivez-nous sur Facebook (@PLR.LibérauxRadicauxVaudois) et sur Twitter (@PLR_VD) pour rester informé et suivre l’actualité.