Blog PLR – Les Libéraux-Radicaux

Gouvernance du CHUV

De « service de l’Etat », le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) doit devenir un « établissement autonome de droit public ». C’est en ces termes qu’une initiative parlementaire a été déposée par le PLR au Grand Conseil vaudois.

Ce texte demande ainsi l’adoption d’un projet de loi sur le CHUV, qui prévoit notamment la mise en place d’un Conseil d’administration. Le but recherché est de moderniser le gouvernance du CHUV en proposant de redistribuer les responsabilités, rendre l’appareil plus autonome, transparent et ouvert, notamment à des spécialistes externes, dans l’intérêt du patient et du contribuable.

Aujourd’hui, notre Canton faire figure d’exception au niveau suisse car le CHUV est « un service » de l’Etat. Le Conseiller d’Etat en charge de ce service est alors coiffé d’une double casquette : politique et opérationnelle. Cette initiative permettrait alors au CHUV de le porter en un Etablissement autonome de droit public, au même titre que l’Université de Lausanne ou encore la Haute Ecole Pédagogique. Les établissements hospitaliers universitaires d’autres cantons suivent d’ailleurs cette logique.

Une des forces de cette proposition de gouvernance serait de munir le CHUV, d’un Conseil d’administration. Cet organe serait composé, par exemple, de neuf spécialistes indépendants, actifs à la fois dans les domaines de la santé, de la gestion, des ressources humaines, des finances et du transfert technologique. Aussi, deux représentants, respectivement du corps médical et du personnel seraient parties prenantes, tout comme un représentant du monde académique. Il est également prévu, dans le cadre du projet de loi, une clause propre à la responsabilité des membres du Conseil d’administration et de la Direction Générale.

Il est important de préciser qu’à aucun moment, il n’a été prévu de modifier le statut du personnel qui reste soumis à la loi sur le personnel de l’Etat de Vaud au même titre qu’aucune remise en question de la qualité des soins a été abordée dans cette initiative. Enfin, le texte ne vise en aucun cas à la privatisation du CHUV, malgré ce qu’on peut entendre chez les opposants à cette initiative.

Les Députés favorables à cette nouvelle gouvernance, dont je fais évidemment partie, considèrent qu’un Conseiller d’Etat ne peut être juge et partie dans ce titan hospitalier de plus de 10’000 collaborateurs. Une séparation des pouvoirs, une gouvernance claire et une vision stratégique à long terme seront plus qu’utiles pour l’avenir.

Dès lors, le soutien du plénum, puis du Conseil d’Etat, sera crucial pour mettre en œuvre cette réforme institutionnelle capitale pour l’avenir du CHUV. Pour la cohérence de l’ensemble hospitalier vaudois, la qualité des soins et la maîtrise des coûts, dans l’intérêt des patients et des contribuables vaudois.

 

Article publié dans l’Écho du Gros-de-Vaud, janvier 2019

Alexandre Berthoud
NEYRUZ-SUR-MOUDON Arr. Gros de Vaud Cadre bancaire Député au Grand Conseil vaudois Membre de la commission des finances 38 ans Marié 2 enfants